Rubrique de blog

accueil
Challenge de A à Z
Hommes et femmes politique
Sportifs
Les anonymes
Les chanteurs, chanteuses

vendredi 16 décembre 2016

Primaire citoyenne, ou l'histoire d'une primaire sous silence médiatique !

 Depuis quelques jours, les médias nous parlent des primaires "citoyennes" en évoquant les primaires organisées par le parti socialiste. Je vais donc vous parler de la vrai primaire citoyenne, celle dont les médias ne vous disent pas un mot. Enfin presque, rendons quand même hommage à RTL pour avoir fait un article récent sur le sujet.

 L'association Democratech, portée à bout de bras par deux entrepreneurs, David Guez et Thibault Favre, a pour objectif, suivant son statut, de "favoriser la participation et l'implication du plus grand nombre à la vie citoyenne et civique française". De ce fait,  fin 2015, ils donnent le coup d'envoi de leur projet. A ce moment la, les médias étaient sur le coup car ils ont fait un mini-buzz, vous vous en souvenez peut-être : la distribution du Démocratol.


 En ce faisant connaître, l'objectif était de susciter le débat sur la démocratie mais surtout de susciter des vocations parmi les citoyens non encartés dans un parti politique, dans le but de candidater à la présidence de la République, hors cadre partisan. Les candidats étaient donc invités à ce faire connaître autour du programme qu'ils souhaiteraient défendre. Ainsi, entre avril et juillet, 215 citoyens se sont portés candidats. Pour ce qualifier dans la deuxième phase de cette primaire, chaque candidat devait recevoir le parrainage (l'adhésion) de 500 citoyens. Après une première phase de vote en octobre, 5 candidats (2 femmes, 3 hommes) se sont qualifiés pour la phase finale et devenir LE (LA) candidat(e) citoyen(ne).
 Ainsi, depuis hier, jeudi 15 décembre et jusqu'au 31 décembre, il est possible de voter pour l'un de ces candidats. Pour cela, il suffit de se rendre sur le site internet de la primaire citoyenne. Le (la) vainqueur(e) de cette primaire ne sera pas forcement celui qui recevra le plus de voix, mais celui qui aura reçu le plus d'avis positif sur sa candidature. En effet, il ne s'agit pas d'un vote simpliste pour/contre, mais d'un système par avis (favorable, très favorable, défavorable, etc...), tel le système décrit à la fin de cette vidéo sur les méthodes de désignation qui pourraient être plus démocratiques.
 Pour être officiellement candidat à la présidentielle, reste à avoir les 500 parrainages d'élus, mais avec les maires de petites communes qui on souvent peur de le donner à un candidat encarté politiquement, il n'est pas impossible qu'ils choisissent cette solution pour s'éviter les foudres de leurs administrés.

 Etant donnée qu'il s'agit d'illustres inconnu(e)s, avant chaque explication de l'origine de leurs noms de famille, je dirai quelques mots pour les présenter et évoquer les axes de campagne que chacun souhaite mettre en avant. Si vous voulez en savoir plus sur eux, voir même donner votre avis (c'est gratuit et pas de charte à signer), n'hésitez pas à consulter le site internet.

  • Nicolas Bernabeu

Nicolas Bernabeu
Nicolas Bernabeu
Photo : Laprimaire.org
 Suivant l'ordre alphabétique des noms de famille des candidats, je vais donc commencer par le Toulousain de la bande : Nicolas Bernabeu, 31 ans.
 Fils d'ouvriers, il a grandi et fait ses études (en partie) à Toulouse. Diplômé d'un master d'économie, un autre en droit et docteur en médecine (rien que ça?), le beau gosse du Sud-Ouest est aujourd'hui médecin et travail comme conseiller médical de  la Direction générale de l'Agence Régionale de Santé à Ajaccio.

Ses 3 priorités dans son programme : réécriture de la constitution pour une 6ème République ; Instauration du Revenu Universel ; Favoriser les PME et augmenter les revenus (salaire et retraite).

Son nom de famille est d'origine Catalane, où il est la variante locale de Barnabé. Ce nom est donc un dérivé de ce nom de baptême, qui fût ainsi porté par son lointain ancêtre au 12ème siècle et qui signifie fils d'encouragement (traduction de l'hébreu "bar" et "nabas").

 Aujourd'hui, il y aurait en France plus de 600 personnes portant ce nom de famille, assez répartie  dans toute la France mais inégalement. En effet, bien que d'origine Catalane, on ne constate pas de sur-représentation dans le département qui fut autrefois rattaché à la Catalogne (les Pyrénées-Orientales), juste une occurrence légèrement plus forte dans les départements limitrophes ou proches (Haute-Garonne, Aude, Hérault et bouche du Rhône).

  • Michel Bourgeois


Michel Bourgeois
Michel Bourgeois
Photo : Laprimaire.org
 Le second candidat, dans cette ordre arbitraire, est Michel Bourgeois, 59 ans.
 Lui aussi fils d'ouvriers (décidément, on voit des profils très différents des hommes politiques), il est né est à grandi dans le Nord de la France, à La Fère en Picardie. Il est aujourd'hui avocat, président du Comité de défense de l'association du barreau de la Cour pénale internationale, essayiste et romancier (attention au cumul des mandats!).

  Ses 3 priorités dans son programme : introduire la notion d'"urgence sociale" ; Ériger l'éthique en valeur républicaine ; Mettre l'État au service des citoyens et de l'"Humain".

 Avec ce nom de famille, on entre directement dans le top 100 de ceux les plus portés en France. En effet, suivant les différents sites de généalogie, il y aurait entre 30 et 34 000 porteurs de ce nom, avec une très forte concentration dans le Nord et l'Est de la France, particulièrement dans les régions Hauts-de-France et Bourgogne-Franche-Comté. Ce nom est très intéressant car avec celui-ci, nous allons faire un peu d'histoire.

 Le bourgeois désigne à l'origine simplement l'habitant d'un bourg (et par bourg, on entend un village ou une ville affranchie de la justice féodale). Cette qualification est une sorte d'antonyme par analogie  envers une personne qui appartient à un des ordres sociaux établis, c'est à dire un noble, un  ecclésiastique ou un militaire. Il désigne ainsi une sorte de "sous" classe sociale dans ce monde hiérarchisé, entre le paysan et le noble.
 Autre élément important, au moyen-age le bourgeois était également une mesure monétaire. En effet, en plus du tournois, le bourgeois était une monnaie : le bourgeois fort était l'équivalent d'un double tournois, et le bourgeois faible, d'un petit tournois. De ce fait, ce nom de famille peut aussi avoir était utilisé pour désigner de manière péjorative une personne ayant acquit des privilèges et qui possède une certaine richesse. 

  • Charlotte Marchandise


Charlotte Marchandise
Charlotte Marchandise
Photo : Laprimaire.org
 Sans transition et sans le vouloir puisque j'utilise un ordre alphabétique de présentation, nous passons donc du Bourgeois à la Marchandise (je vais laisser quelques instants aux féministes pour qu'elles se remettent de cette blague...). Première femme parmi les candidats, et je me permet de donner mon avis perso, probablement la candidature la plus intéressante avec un programme moderne, sociale, écologiste et juste (non non je ne dis pas ça pour me réconcilier avec les féministes... quoique).
 Charlotte Marchandise est une formatrice dans le domaine de la santé publique (après avoir exercé moult professions auparavant) de 42 ans, co-fondatrice de l'association Doulas de France, qui soutient les femmes et les parents durant la période périnatale, co-créatrice d'un institut de formation en santé et co-fondatrice d'un collège laïc, écologique et international. Depuis 2014, elle est élue au conseil municipal de la ville de Rennes sur une liste citoyenne.

Ses 3 priorités dans son programme : Création d'une 6ème république et organisation de plusieurs Etat généraux ; Lutter contre les inégalités notamment à travers l'instauration du revenu universel ; Transition énergétique, écologique et économique. 

 Bon, comme dans mon article précèdent sur les primaires à droite concernant le nom de famille Poisson, celui-ci ne laisse pas vraiment de mystère quant à son origine et sa signification. En effet, il est très facilement imaginable que ce nom fut donné comme surnom à des marchands, donc à une personne qui vend des marchandises. Comme son camarade Bourgeois, il est surtout porté dans la région des Hauts-de-France, mais est beaucoup moins fréquent en France. On compte environ 1 500 personnes qui portent ce nom de famille. Cela s'explique par une variante plus privilégié : Marchand, qui est aux environs du 50ème nom le plus porté en France.

  • Michael Pettini


Michael Pettini
Michael Pettini
Photo : Laprimaire.org
 Avec Michael Pettini, 42 ans, on passe directement de la candidature la plus intéressante à la moins intéressante. Vraiment mon gars je suis désolé, mais si tu parlais un peu plus de tes idées et de ton projet plutôt que de ta vie et de toi même, ça serait mieux! Bref, je m'emporte, mais je déteste les égocentriques qui se prennent pour des Dieux (un dieu Romain, peut-être, pour celui-ci). Ce Bordelais d'origine exerce la profession de médecin généraliste, vraisemblablement dans le Sud-Ouest de la France.

 Ses 3 priorités dans son programme : le bonheur des français par la santé et l'emploi ; création d'une 6ème République ; une France moderne par la simplification et l'informatisation.

Quoiqu'il en soit, voilà un autre nom intéressant car comme la consonance nous l'indique, nous allons voyager un peu, pas très loin certes, mais faisons avec Michael un petit tour en Italie. Selon le site Geneanet, Pettini serait une forme hypocoristique (affectueuse) de Giacomo qui passe ainsi de Giacopettino à Pettini. Cette explication est a privilégier sur celle proposée par le site Filae (ex-généalogie.com) qui évoque une origine Corse, où il porterait le sens de péter, donc là on s'oriente vers un ancêtre pétomane quoi... Cependant, la disparité des porteurs de ce nom montre une origine plutôt italienne que Corse. Ils seraient entre 300 et 350 à porter ce nom en Italie (principalement en Toscane et à Rome), et seulement approximativement une centaine en France dont aucun ne serait Corse.


  • Roxane Revon

Roxane Revon
Roxane Revon
Photo : Laprimaire.org
 Dernière candidate mais non des moindres, Roxane Revon, 30 ans, c'est donc la benjamine des candidates.
Roxane a grandi en Provence dans un univers multi-culturel. Après avoir entamé des études de philosophie et de lettres à Montpellier, puis à Paris et enfin Rome, elle rejoint New-York pour y fonder une compagnie de théâtre et enseigner à l'université. Aujourd'hui, elle est entrepreneuse et gère un start-up culturelle. Voilà un profil qui nous change des médecins et avocats.

Ses 3 priorités dans son programme : simplification, modernisation et moralisation des institutions (françaises et européennes) ; Favoriser l'autonomie du citoyen par l'éducation, la culture ; Construire une Europe politique, sociale et humaniste.

 Voilà enfin un nom de famille qui pose quelques difficultés, c'est intéressant. En effet, celui-ci est assez rare en France puisque moins de 200 personnes le porteraient. A priori, il semblerait que ce nom soit originaire des environs du Rhône et de l'Isère, bien qu'une étude plus poussée soit nécessaire pour le déterminer. De même, sa signification n'est pas vraiment bien déterminée. Selon le site Filae, ce nom serait rattaché au mot de l'ancien français revel et qui porte ainsi le sens de révolté, rebelle. Peut-être pouvons nous imaginer une autre explication avec un rattachement à un autre mot de l'ancien français : Reve, qui signifie violent. Sachant que fréquemment, les noms de famille qui se termine par le suffixe -on est utilisé pour les matronymes à partir du XIIIème siècle, Revon pourrait à partir de ce principe, désigner une mère violente, une mauvaise mère. A approfondir. 

Et vous, qu'elle est votre histoire?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire